Les pistes pour maintenir la dynamique

Alors que les mécanismes historiques de la croissance du bio semblent remis en cause, deux propositions sont sur la table. La FNSEA plaide pour davantage de contractualisation, et la Fnab pour un soutien renforcé à la demande. Mais les deux camps s’entendent sur la revalorisation du crédit d’impôt bio, qui vient d’être adoptée à l’Assemblée.

Tous les acteurs le constatent. Alors que le marché bio a longtemps été considéré comme plus stable, et plus rémunérateur, les embouteillages récents sur les marchés du lait et des œufs bio invitent à trouver de nouvelles solutions pour maintenir la dynamique. « On peut parler de crise de croissance », reconnaît Philippe Camburet, président de la Fnab.