Marc Fesneau à l’Agriculture, une promesse de continuité

23.05.2022 - 17:09
-
-
Après Jacques Mézard, Stéphane Travert, Didier Guillaume et Julien Denormandie, c’est au tour de Marc Fesneau de devenir ministre de l’Agriculture sous la présidence d’Emmanuel Macron. Ancien député Modem, élu rural de la Beauce, ancien cadre de chambre d’agriculture, sa nomination est perçue, par les professionnels du syndicalisme majoritaire, comme une promesse de continuité en termes de ligne politique et d’« ambition » pour l’agriculture. Pour l'heure, il d'ailleurs gardé les directeur et directeur adjoint de cabinet de Julien Denormandie, ainsi que son conseiller Pac. Malgré cette apparente continuité, les ONG et la Confédération paysanne ne désespèrent pas de « restaurer une collaboration fructueuse » après plusieurs mois de froid avec son prédécesseur. Seule potentielle différence avec Julien Denormandie, Marc Fesneau est un pratiquant et fervent défenseur de la chasse, ce qui lui vaut déjà les foudres de la fondation Brigitte Bardot.
Cela fait quelques années que son nom circulait dans le Landerneau agricole, mais il avait été à chaque fois devancé, par Stéphane Travert, Didier Guillaume, puis Julien Denormandie. C’est cette fois chose faite. Marc Fesneau a finalement été nommé Rue de Varenne, avec un intitulé de poste légèrement modifié, conformément à la demande de la FNSEA : ministre de l’Agriculture et de la « souveraineté alimentaire ». Il n’aura pas eu beaucoup de chemin à faire, puisqu’il était jusqu’ici ministre des Relations avec le Parlement, domicilié au 69 rue de… Varenne.