Néonicotinoïdes : la filière donne des gages de transition

Alors que le gouvernement se prépare à réintroduire temporairement les néonicotinoïdes pour sauver la filière betterave, producteurs et scientifiques ont présenté le 22 septembre deux plans, l’un pour limiter leur impact sur l’environnement, l’autre pour trouver des alternatives à leur utilisation d’ici trois ans.

L’interprofession de la betterave et du sucre (AIBS) indique avoir remis le 22 septembre au ministre de l’Agriculture un plan de transition vers une culture sans néonicotinoïdes « à l’horizon 2024 au plus tard ». Il s’agit de cibler l’usage de ces insecticides, pour lesquels le gouvernement souhaite des dérogations en betterave lors des trois ans à venir, et prévenir leur impact sur les pollinisateurs, selon un communiqué. La filière s’engage sur « la réduction de 25 % de la dose des néonicotinoïdes utilisés en enrobage de semence par rapport à la pratique précédente ».