Réforme de l’OCM vin

Position nuancée de la commission agricole du Parlement européen

Maintien des mesures de distillation à court terme, programme d’arrachage restrictif, libéralisation graduelle des droits de plantation : telles sont les grandes lignes de l’avis de la commission de l’agriculture du Parlement européen rendu le 24 janvier sur la communication de la Commission européenne sur la réforme de l’organisation commune de marché du vin. Le Parlement doit se prononcer sur ce rapport lors de sa session plénière de février.

De très nombreux amendement avaient été déposés au projet de rapport d’initiative présenté par la socialiste grecque Katerina Batzeli. Les membres de la commission de l’agriculture ont estimé à une large majorité que la politique d’arrachage ne peut pas constituer l’axe central de la réforme. Selon eux, une grande latitude doit être laissée aux Etats membres et aux régions en ce qui concerne la superficie et le choix des vignobles à arracher. L’accent est aussi mis sur le fait qu’une politique d’arrachage restrictive devrait être conduite pour certains vignobles spécifiques.