Marché du sucre

Sucre : l’offre et les incertitudes économiques pèsent sur les prix

Comme le constatait la FAO (Food and Agricultural Organization) au début du mois de mai, le déclin des prix mondiaux du sucre a participé à la baisse de son indice des prix alimentaires. Dans un rapport publié le 6 juin, la Rabobank analyse la baisse, certes modérée, mais mesurée, des cours de l’or blanc. Entre les prises de profit de la part des investisseurs, retirant leurs positions des marchés à terme, une amélioration des disponibilités mondiales chez les principaux exportateurs et un contexte économique mondial incertain, les cours du sucre se détendent. La Rabobank montre toutefois qu’ils restent sur des niveaux historiquement hauts.
«Le facteur clef ayant fait baisser les cours du sucre ces derniers mois, est l’importante augmentation des prévisions de production en Thaïlande, deuxième exportateur mondial après le Brésil », indique la Rabobank dans un rapport publié le 6 juin. Autre raison de la baisse des cours selon la banque, « le sucre a été pris dans un courant général de vente des contrats à terme de matières premières au début du mois de mai ». Cette tendance à solder les contrats serait liée à des prises de profits suivant la hausse des cours au début de l’année.