Des voix s’élèvent pour modifier l’algorithme du Nutri-Score, ou s’en affranchir

Les charcutiers de le Fict demandent des aménagements pour que le Nutri-Score s’adapte à leurs produits tandis que la filière du roquefort refuse en bloc tout étiquetage obligatoire. Le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie est plutôt ouvert à une révision de la méthodologie, opinion partagée par l’eurodéputé Eric Andrieu.

Alors que l’idée de rendre obligatoire le Nutri-Score comme étiquetage nutritionnel à l’échelle de l’Union européenne fait son chemin, les professionnels haussent le ton pour échapper à une « mauvaise note », incarnée par les lettres D ou E, forcément pénalisantes.