Arvalis se positionne sur la biodiversité

Avec plusieurs expérimentations en cours, l’institut technique des céréales espère proposer sous peu aux producteurs des références techniques précises sur le contrôle des ravageurs par les auxiliaires naturels. Des résultats qui pourront intégrer l’outil de diagnostic d’exploitation inter-institut Systerres.

« On se heurte très vite à ce qu’on ne connaît pas », souligne Stéphane Jezequel, directeur scientifique d’Arvalis, rappelant que près des trois quarts des insectes dans le monde n’auraient pas encore été décrits. Face à cette méconnaissance du vivant, souligne-t-il à l’occasion d’un voyage de presse, la plupart des études se concentrent pour l’heure sur des espèces iconiques, comme la perdrix ou l’abeille. « Mais nous sommes encore bien en peine de donner un état de la biodiversité aux champs ».