Chiens de troupeaux : deux mois de sursis requis contre un éleveur à Gap

Le procureur du tribunal de Gap aurait requis deux mois de prison avec sursis et plusieurs amendes de quelques centaines d’euros contre un éleveur ovin lors d’une audience du 20 septembre, d’après la FNO (éleveurs ovins, FNSEA). Les chiens de protection de l’éleveur avaient attaqué quatre personnes au cours de l’été 2020, dont une femme forcée à cinq jours d’incapacité totale de travail (ITT). « Dans les Hautes-Alpes, cette décision serait une première.

Mots-clés