Face à la « dé-consommation », le bordeaux veut changer son image

Le bordeaux veut modifier son image de vin peu accessible aux non-initiés et mettre davantage en valeur les autres vins que les rouges, si emblématiques et classiques du bordeaux. La filière compte montrer que le bordeaux ne se résume pas qu’aux crus et qu’il est capable de surprendre le consommateur.

Loin des questions de taxe américaine et des difficultés à l’export sur le marché chinois, le Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux (CIVB) a mis l’accent, lors de sa conférence de presse annuelle à Paris, qui s’est tenue le 10 mars, sur sa riposte face à la « dé-consommation ». « Certes, nous sommes les Grands crus, nous sommes les Crus classés de 1855. Mais derrière Bordeaux, il y a des gueules et des histoires de vignerons et de négociants », a déclaré Bernard Farges, président du CIVB.

Mots-clés