Influenza : comment la filière canards gras s’adapte à la baisse de densité

Influenza : comment la filière canards gras s’adapte à la baisse de densité
Adocom
Des bâtiments plus grands pour accueillir autant de canards avec une moindre densité, un accompagnement financier des producteurs : les principaux acteurs de la filière canards gras déploient une nouvelle génération de bâtiments pour limiter le risque d’influenza.

Une nuée de canards couleur crème, une litière fraîchement paillée, des rails d’alimentation et d’abreuvage, un accès ouvert sur un parcours extérieur : à première vue, le bâtiment de Philippe Morize à Saint-Projet (Lot) ressemble à n’importe quel autre élevage de canards gras. Avec une différence de taille : il est 30 % plus grand que l’ancienne génération de bâtiments. Après l’épisode d’influenza aviaire 2020-2021, la filière compte instaurer de nouvelles règles de production (1).