La pierre d’achoppement : la négociation des prix de vente et non des tarifs des fournisseurs

Au-delà du débat entre ceux qui veulent une refonte de la LME et ceux qui demandent son application, le constat est le suivant : la pierre d’achoppement réside dans le fait que les distributeurs ont tendance à négocier les prix de vente et non les tarifs des fournisseurs, expliquent les industriels. La différence est très importante : la LME prévoit que la négociation doit partir du tarif des fournisseurs. Le tarif est le point de départ de la négociation, prévoit la loi. Exemple : un yaourt a un tarif à un euro, et après négociation, le prix de vente est de 80 centimes.