Lait : Bruxelles propose de limiter l’intervention publique sur la poudre en 2018

Les stocks de poudre de lait écrémé accumulés durant la crise laitière de 2016 pèsent sur le marché alors que le secteur traverse plutôt une période favorable. Le commissaire européen à l'agriculture a donc proposé, le 9 octobre, aux ministres des Vingt-huit de réviser pour 2018 le dispositif d’intervention publique. La Commission cherche d’un côté à empêcher de nouveaux volumes d’être stockés et d’un autre à vendre les stocks existants qui se dégradent. Mais la décision revient aux États membres qui n’ont pas à ce stade montré un enthousiasme débordant pour ces propositions. Parmi les autres secteurs agricoles, Bruxelles assure se montrer vigilante concernant le sucre (avec la fin des quotas) et le porc (dont les exportations vers la Chine faiblissent).

Le commissaire européen Phil Hogan veut se débarrasser des stocks publics de poudre de lait écrémé amassés pendant la crise laitière de 2016, qui ont depuis continué de grossir et pèsent toujours plus sur les cours. Phil Hogan a donc proposé le 9 octobre à l’occasion d’une discussion des ministres de l’agriculture de l’UE sur la situation des marchés agricoles à Luxembourg, de réduire le plafond d’intervention publique pour la poudre de lait écrémé à zéro au lieu de 109 000 tonnes habituellement à partir du 1er mars 2018.