Enquête

Le grand hamster d’Alsace, à la pointe des PSE

Nicoleon
À quelques kilomètres de Strasbourg, Laurent, Jean-Luc, Francis et Michel font partie des 300 agriculteurs rémunérés pour adapter leurs assolements afin de favoriser le grand hamster d’Alsace. La restauration, en quelques années, de cette espèce protégée a été permise par un paiement pour service environnemental unique, car collectif et orienté sur les résultats. Un succès expliqué par les injonctions européennes, mais également par l’adhésion du monde agricole, avec des aides pouvant atteindre 850 €/ha grâce à la compensation des aménageurs privés. Malgré les avancées, les producteurs et les chercheurs préviennent déjà : un autre modèle devra être trouvé pour pérenniser les financements.

Caché par le blé qui arrive à hauteur du genou, ce trou de 7 cm de diamètre dans un champ de Geispolsheim (Bas-Rhin) passerait facilement inaperçu. « Là, on est sur un vrai terrier de hamster », se réjouit Julien Eidenschenck, chef de l’unité Agroécologie et en charge du Plan national d’action Hamster (PNA) au sein de l’Office français de la biodiversité. Comme il l’explique, le terrier de ce petit rongeur au pelage brun-roux présente habituellement une ouverture de 6 à 9 cm de diamètre, avec une taille constante sur au moins 50 cm de profondeur.