NBT : les semenciers alertent sur la future réglementation

L’UFS (semenciers) a alerté le 7 avril sur les risques d’un durcissement de la directive européenne OGM de 2001, alors que la Commission européenne doit rendre à la fin du mois un rapport sur les nouvelles techniques génomiques (NBT).

Appliquer la réglementation OGM aux plantes issues des techniques récentes de mutagénèse entraînerait des « coûts rédhibitoires », de 35 et 50 M€ pour le dossier d’approbation, a souligné en visioconférence Laurent Guerreiro, président du comité obtention de la section maïs & sorgho à l’UFS. Cela limiterait le nombre d’entreprises capables d’utiliser ce type de technologies, également le nombre d’espèces concernées, d’après lui.

Mots-clés