Pac : les ministres de l’Agriculture de l’UE craignent pour leurs marges de manœuvre

C’était la principale promesse des propositions de la Commission européenne pour la future Pac : donner plus de flexibilité aux États membres pour mettre en place, comme ils l’entendent, le cadre fixé au niveau communautaire. Et dès le départ la question du caractère réellement commun de cette Pac s’est posée. Deux ans plus tard, alors que l’Allemagne qui préside le Conseil de l’UE espère finaliser les pourparlers sur ce dossier dans les prochains mois, le débat reste ouvert, en particulier pour les exigences environnementales. Et la récente stratégie "de la ferme à la table" ne fait que complexifier la situation, comme l’ont montré les discussions entre ministres de l’Agriculture de l’UE le 20 juillet à Bruxelles.

Entre l’influence de la stratégie « de la ferme à la table » et la volonté – de la Commission européenne notamment – d’encadrer plus strictement les futurs éco-régimes dans le cadre de la réforme de la Pac, de nombreux ministres de l’Agriculture de l’UE craignent de perdre une partie des marges de manœuvre supplémentaires qui leur étaient promises.