Castration : Denormandie espère trois options d’anesthésie locale

Lors de l’assemblée générale d’Inaporc, le ministre de l’Agriculture s’est montré déterminé à offrir au moins trois solutions d’anesthésie locale pour la castration des porcelets d’ici 2020. Mais par ailleurs la filière ne semble pas dans les temps sur ce dossier.

En vue de l’interdiction de la castration à vif des porcelets au 1er janvier 2022, le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie a annoncé, lors de l’assemblée générale de l’interprofession porcine, le 6 juillet, qu’il avait pour objectif qu’au moins trois protocoles d’anesthésie locale soient rendus disponibles aux éleveurs à cette échéance.