Céréales à paille : des cours soutenus, conditionnés par l’appétit chinois

Les cours des céréales à paille ont changé d’allure depuis un an, marqués par une forte embellie. Jusqu’ici perçue comme un plafond, la barre des 200 euros la tonne de blé semble devenue un plancher pour les opérateurs. Cela va-t-il perdurer pour la campagne à venir ? Malgré un « weather market » prolongé, l’offre ne devrait pas bouleverser les équilibres. La principale interrogation porte sur la durabilité de la demande chinoise, qui a largement participé au réhaussement des cours depuis un an.

« Nous avons connu un léger changement de paradigme », résume Arthur Portier, consultant chez Agritel. Alors que les cours du blé atteignaient leur plus haut à 200 euros la tonne durant les années 2014-2020, cette règle semble avoir été changée cette année. « Nous avons cassé le plafond des 200 euros en octobre 2020, jusqu’à atteindre 250 euros en avril, pour redescendre à 200 euros », retrace-t-il. « 200 euros est devenu un plancher, et le potentiel de baisse parait limité à ce niveau à court terme. » Cela peut-il durer ?

Mots-clés