À la veille de Pâques, un marché de l’agneau dans l’expectative

Face à la baisse de pouvoir d’achat des consommateurs, les niveaux de prix quasi-historiques observés sur le marché de l’agneau pourraient peser sur la demande, préviennent les experts. De quoi renforcer la baisse tendancielle de la consommation depuis dix ans.

Traditionnellement synonyme de regain de la demande d’agneau, « Pâques est devenu un moment plus incertain », observe Cassandre Matras, responsable de projets pour la filière ovine au sein de l’Idele. Distributeurs et bouchers seraient désormais tentés de ne passer leurs commandes qu’au tout dernier moment. Voyant les cotations de l’année fléchir fin-mars début avril, certains ont même pu craindre un tassement des cours dû à un alourdissement du marché.