L’export de céréales dopé par une bonne demande à l’international

FranceAgriMer a le 13 mai revu en hausse ses prévisions d’exportations céréalières, qui profitent d’une forte demande internationale. Le coronavirus affecte néanmoins certains flux comme le malt d’orge.  

L’export de blé tendre est chiffré pour 2019-20 à 13,3 Mt vers les pays tiers (contre 13,2 Mt en avril), un nouveau record. Si l’Algérie reste la destination phare, des flux importants sont aussi notés vers le Maroc (1,7 Mt au 11 mai), la Chine (1,3 Mt). Une faible récolte est annoncée chez les deux clients traditionnels au sein du Maghreb. L’origine France, comme pour l’UE, bénéficie également de la faiblesse de l’euro, qui lui apporte un gain de compétitivité de l’ordre de 2 % sur un an, d’après Marc Zribi, chef de l’unité grains et sucre.

Mots-clés