PSN : les éleveurs allaitants amers face à la baisse des aides couplées

Dossier législatif : PSN: l'épineuse déclinaison française de la prochaine Pac

Avancement à parution de cet article : Présentation des premiers arbitrages
Avancement actuel du dossier : Discussions techniques
Malgré des mobilisations largement suivies au printemps, les éleveurs allaitants se réveillent « seuls perdants » des premiers arbitrages du PSN, selon la FNB. D’après l’association spécialisée de la FNSEA, ils financeront 80 % de la hausse des aides aux protéines végétales.

Alors que l’arbitrage de Julien Denormandie sur le PSN (déclinaison française de la Pac) prévoit une baisse de 3 à 4 % des aides des éleveurs allaitants (1), la FNB (éleveurs de bovins viande, FNSEA) estime, dans un communiqué du 25 mai, que ce choix aura « deux impacts immédiats ». Le premier sera une « nouvelle diminution de 15 % du revenu », et le deuxième « une augmentation [du] coût de production » des éleveurs, car l’indicateur de coût de production calculé par l’interprofession « déduit les soutiens de la Pac ».