Les filières bas-carbone, le marché parallèle

Pour rémunérer les efforts des agriculteurs, un autre marché se profile : les filières bas carbone. Ici pas de crédit, mais un simple bonus accordé aux produits à émissions réduites, que les entreprises espèrent ensuite valoriser auprès des consommateurs. Encore peu encadrées au niveau réglementaire, et cumulables avec les crédits, ces primes concernent plutôt actuellement en France les grandes cultures. Pour le ministère, il pourrait s’agir d’un moyen de pérenniser les projets issus du label bas-carbone.

S’ils prouvent que les émissions de leur lait ou de leur blé sont réduites par rapport à la moyenne, les agriculteurs pourraient demain commercialiser des produits agricoles estampillés « bas-carbone ». Principal avantage : les primes concédées pour ces produits par les coopératives ou les transformateurs seront cumulables avec les crédits générés grâce au label bas carbone.