Les leviers pour financer les additifs anti-méthane

Les acteurs du marché naissant des additifs anti-méthane ont conscience que leurs produits doivent trouver un modèle de financement dans des élevages aux équilibres financiers fragiles. La réglementation pourrait jouer en leur faveur, tout comme le développement des crédits carbone. Pour les experts, ces additifs devraient être utilisés comme un complément aux leviers zootechniques bien connus et moins onéraux pour réduire les émissions.

« Pour que les éleveurs aient intérêt à acheter un additif, il faudra que leurs réductions de méthane soient monnayées, ou que le produit leur apporte un avantage en matière de conduite », prévient Benoit Rouillé, responsable de projets alimentation au sein de l’Idele.