Climat : après le Giec, le modèle agricole reste à débattre

Dans son nouveau rapport paru début avril, le Giec se penche sur les mesures permettant de réduire les émissions. Principale nouveauté : les experts s’intéressent à la consommation, encourageant notamment une part plus importante de protéines végétales. En revanche, ils ne tranchent pas clairement en faveur d’un modèle agricole, pointant les limites climatiques des systèmes extensifs et intensifs.

Une chose est certaine : les efforts doivent être rapides. Le rapport publié le 4 avril par le Groupe intergouvernemental d’experts sur le climat (Giec) est le dernier du sixième cycle commencé en 2015. Exercice unique de compilation des données scientifiques disponibles, il se penche sur un aspect essentiel de l’urgence climatique : les moyens de réduire les émissions. Car pour espérer limiter le réchauffement à 1,5 °C d’ici 2050 par rapport à l’ère pré-industrielle, le pic d’émissions devra être atteint avant 2025, soulignent les scientifiques.